MirrorCube

Dominique Cunin

Le choc d’un objet physique contre la surface d’une image

Les dispositifs mettant en œuvre des espaces virtuels induisent le plus souvent un certain détachement entre l’espace représenté et l’espace physique. Les interfaces qui sont employées en sont une cause non négligeable. Manettes, souris, télécommandes, gyroscopes : le contrôle sur l’image se fait à distance, ce qui participe à créer une séparation entre espace projeté et espace support de projection.

Il s’agit d’introduire une relation physique entre un objet que le spectateur manipule et les objets contenu dans l’environnement simulé qu’il contrôle. Le contact ou le choc entre un objet physique et la surface de l’image, transformé en condition de l’interaction, permet de réintroduire un rapport physique entre l’espace matériel qui accueil le dispositif et l’espace qui est représenté. Cet axe de recherche tend ainsi à interroger la relation qui se crée entre espace physique et espace virtuel afin d’amoindrir ou, dans l’idéal, d’abolir la frontière qui les sépare. Au delà du principe d’immersion dans l’image, un rapport physique aux objets virtuels permettrait de leur donner corps et de lier structurellement les deux espaces comme s’il participaient d’une même structure commune, d’une même architecture.

La question de la transmission du mouvement d’un objet physique à un objet virtuel nous intéresse particulièrement : un objet chute au sol dans une salle, cette chute est continuée par un objet de même dimensions et de même forme situé dans l’espace simulé, projeté au sol, laissant la sensation que l’objet physique continue sa course vers le bas, dans un espace ouvert qui devient le prolongement de l’espace matériel.